Guizmo, le show !

Guizmo fait le buzz ! Véritable provocateur de la nouvelle vague de rappeurs français, Hip Open l’a rencontré pour son deuxième passage en 8 mois sur Bordeaux.  Récit d’une rencontre pas comme les autres…


Il fallait être là ce samedi 28 janvier pour comprendre l’engouement que génère Guizmo en ce début 2012. Un public qui s’agglutine, se chauffe à coup de « Guizi-Guizi », impatient d’entendre le flow assommant de ce jeune MC, aux mots tranchants. Avant son apparition sur scène, les deux groupes programmés, en première partie du concert, ont fait monté la température de la Rock School Barbey. Keurspi, accompagné de Fleyo (champion du End of the Weak Bordeaux) et de son DJ, Saï Saï, a mis le feu avec son titre « l’Alchimiste », en duo avec DRBX, ou encore avec les 3 vitesses, sa marque de fabrique. Quant à Talents d’Achille, une prestation convaincante qui a retenu notre attention…

Keurspi

L’actualité changeante de la tête d’affiche avait aussi de quoi attiser l’effervescence ambiante. La nouvelle est tombée, Guizmo ne fait plus partie de l’Entourage ! Difficile d’en savoir plus à ce sujet… Si ce n’est qu’un titre « Chat Perché » brûlant et une explication vague mais virulente sur scène, ponctuée par « l’Entourage Rest In Peace »… Ses « fuck l’Entourage » résonnent, mais ne résolvent pas l’affaire. La réelle raison de la séparation nous reste étrangère.

Guizmo, MC marginal…

Conscient de son impertinence et de son aisance au clash, il se conforte dans son caractère, un personnage à aborder de manière particulière… Il nous avoue l’importance des Rap Contenders qui l’ont sorti de l’ombre, après avoir écumé tous les micros ouverts et petites scènes de Paris, pour sortir de la galère. Son clip « Normal » reprend d’ailleurs ce passage où il prend le dessus par son attitude singulière.

Il nous raconte que s’il a percé avant ses ex-compères, c’est simplement parce qu’il est un des premiers à avoir signé pour un disque en solitaire. Pour lui, son attitude arrogante ou austère ne serait qu’une vérité qui lui sert de remède. Il ne joue pas le « tox » amer, il goûte juste un peu trop le shit et la bière. Et c’est souvent sous cette influence, qu’il nous dit composer ses vers. D’où l’omniprésence de ces thèmes dans ses textes délétères.

… toujours fidèle à lui-même…

Son égo-trip chronique, il l’explique différemment. Pour lui le rap est non seulement un moyen de faire de l’argent, mais c’est aussi un challenge. A travers son album, Guizmo espère vendre et montrer aux gens ce qu’il pense vraiment. Il nous rappelle que cet album a plus de sens que cette facette de débauche récurrente… Cependant, parler de lui est « une évidence dans ce rap game ambiant ».

Et s’il persévère autant, c’est seulement pour pousser plus loin la performance. Les prods funky et jazzy de ses titres, il les explique par la culture musicale de ses parents. Pour ce qui est de sa nouvelle notoriété, il s’y accommode franchement. Il ne cache pas son plaisir devant toute cette effervescence. Et ne reste pas avare de surprises pour son public qui le soutient, pour le moment, sans relâchement.


… et productif !

Il passe la plupart de son temps au studio et apparaît dans de nombreuses vidéos qui tournent sur le net : clips, freestyles ou shows.

Et quand Guizmo freestyle pour Hip Open, ça donne…


Une cadence délirante, qui l’amène à nous parler de son prochain opus prévu pour le printemps. A peine six mois après la sortie de « Normal », son premier album référent.

La suite est donc écrite, et le public sait à quoi s’attendre. Guizmo a dans la tête de quoi rincer nos oreilles pendant encore un petit moment. L’Entourage c’est fini mais son histoire ne s’achève pas pour autant. Et vue la réaction de la foule à ses propos cinglants, on comprend vite que beaucoup ont déjà choisi de se ranger dans son camp. La controverse en fond de commerce, apparemment, cela fait vendre… La logique de Guizmo porte ses fruits et son jeune public s’enchante !

 

 

Ludovic Lacroix

Publicités

KEURSPI, UN LYRICISTE PORTÉ PAR LE FLOW


Keurspi, un nom que l’on entend de plus en plus… Ce rappeur de Bordeaux a débuté en 2001. Quelques années plus tard, on le découvrira au sein du collectif « 99 PRO-G ». Il se distingue par la technique de son flow saccadé où il joue sur la rapidité, sans délaisser le fond. Le travail de Keurspi se porte également sur le message, tout en accordant une grande importance à la musicalité.

 

 


Il considère le Rap comme le meilleure moyen d’expliquer clairement et simplement sa manière de voir le monde. Pour lui, « le Rap a la capacité de pouvoir changer les choses. C’est juste aux acteurs du mouvement de faire passer le bon message et c’est aux gens d’y croire aussi ! »

L’état d’esprit qui émane de cet artiste est le dépassement de soi même, comme il dit : « la première défaite est dans la tête » ou encore quand il s’appuie sur cette phrase emblématique de la culture Hip Hop « Can’t stop, won’t stop ».

La nouveauté du Lab’Oratoire

L’Alchimiste est le single phare du Lab’Oratoire, son premier projet solo, qui devrait voir le jour en 2012. Ce clip, tout juste sorti, a été réalisé par Guillaume Agostini.


Sur ce titre, Keurspi rend hommage aux gens qui se battent, qui ont du courage pour affronter les moments difficiles de la vie. Le message de L’Alchimiste se veut porteur d’espoir, un réel booster pour donner envie de faire les choses et d’y croire. Keurspi précise l’idée qui s’adresse à son public : « Non tu n’es pas une merde, on voudrait te faire croire que tu es une merde mais non tu n’es pas une merde, donc maintenant lève-toi et fais ce que tu as à faire ! », en rappelant que l’idée de L’alchimiste est la puissance de pouvoir transformer le plomb de la personnalité en l’or de l’esprit.

L’expérience du Sénégal

Evoluer dans le 99 PRO-G, lui a permis d’élargir ses horizons… Il découvre la culture africaine à travers le parcours des autres membres du collectif. Et l’été dernier, il part au Sénégal pour la première fois. Une expérience qui restera pour lui, très enrichissante, très marquante…


Une fois sur place, il prend conscience de la réalité du pays entre l’abondance des ordures qui envahissent l’environnement naturel pour faire partie du décor et la richesse humaine, les valeurs du peuple qui font la force du pays.

 

Dans un contexte politique mouvementé, Keurspi, par l’intermédiaire du rappeur Simon du Bis Bi Clan (ancien du 99 PRO-G) a suivi de l’intérieur les révoltes pacifiques du mouvement Y’en a marre. Il s’agit d’un mouvement apolitique qui a la volonté de faire changer les choses dans le pays en mobilisant tous les habitants. Les acteurs effectuent un travail de fond sur le terrain, notamment en sensibilisant la population des quartiers au vote. Et quand ils ne sont pas en accord avec les mesures prises par le Président Abdoulaye Wade, ils le font savoir.

Pendant son séjour au Sénégal, Keurspi a également eu l’occasion de faire deux passages sur scène. Les réactions du public ont été au delà des attentes de cet amoureux des rimes : « …impossible de finir mon texte, tellement le public faisait du bruit ! Même si tous ne comprenaient pas la langue, ils ont une telle connaissance de la musicalité et du flow que pour eux, il n’y a aucune barrière pour apprécier la musique. »

Un voyage rempli de rencontres qui pourraient aboutir à un projet ? En attendant d’en savoir davantage, il semblerait que des collaborations avec des artistes sénégalais soient en cours…

Pour davantage découvrir son univers :


>> Plus d’infos sur :

http://www.keurspi.com

http://www.myspace.com/keurspi

http://www.facebook.com/keurspi

http://twitter.com/Keurspi

Voir l'article entier

« On a tous de l’or entre nos mains,
il faut juste trouver la bonne formule pour le faire apparaître aux yeux du monde. »
Keurspi