Sly2 : un art, une âme, une vision

Dans un monde où la consommation est poussée à outrance, le marketing est roi. En une seule journée, combien de stimuli visuels assaillissent nos cerveaux ? Comment les digérer, ou les vomir ? Et dans tout ce méli-mélo publicitaire, il y a l’art… L’art, qui dans nos rues, joue avec les couleurs et les lettres. L’art, qui dans nos yeux, interpelle mais que d’autres rejettent. L’art, qui a la capacité de résister, vient naturellement proposer une alternative. Quelle compatibilité alors peut-il exister entre art et marketing, et à quel prix ?

Ici, il est question de l’art du graffiti, sans s’y limiter, dans un échange avec Sly2 qui partage sa vision artistique de façon globale autour de 4 questions.

Quelle est la place du marketing dans la vie d’un artiste ? Comment composer avec (ou sans) ?

La place du marketing dans la vie d’un artiste est celle qu’il veut bien lui accorder. C’est propre à chaque artiste. Certains vont tout mettre en œuvre afin de plaire au maximum de personnes ou bien pour véhiculer leur message.

Reste à savoir pourquoi on crée. Si un artiste ne compte que sur son art pour subvenir à ses besoins, alors il enclenchera une stratégie de marketing. J’ose espérer que chaque artiste soit libre de créer ce qu’il veut, mais la réalité fait que beaucoup d’entre eux acceptent de se plier aux exigences de certains galeristes ou agents. Le milieu mercantile de l’art quand à lui est une sorte de marécage où certains perdent leur âme et où spéculateurs s’en donnent à cœur joie. Beaucoup d’artistes se servent de ce système, d’autres en jouent ou bien choisissent de s’en éloigner.

En revanche l’artiste qui vise avant tout à transmettre des messages sans chercher à subvenir à ses besoins, via son art, n’a aucune raison de lancer une stratégie de marketing. On peut très bien véhiculer ses messages et vendre une œuvre d’art, cela n’est pas incompatible. L’important à mes yeux est d’être en accord avec ses principes.

Enfin, il y a l’artiste qui crée pour lui, ne cherchant pas à toucher quiconque. Là, évidemment la stratégie de marketing n’a pas lieu d’être.

Que signifie « être un artiste dans l’âme » pour toi ?

J’ai longtemps réfléchi à ce qu’est à mes yeux un artiste… Loin de la définition du dictionnaire, pour moi, un artiste est une personne qui s’exprime de façon originale, avec une touche qui lui est propre. L’âme de l’artiste est son art. Un artiste dans l’âme tend à conserver celle-ci en créant avec le cœur, en toute franchise, en restant libre.

J’aime à penser qu’un artiste n’a pas pour but de plaire au plus grand nombre, bien souvent corrompu par l’appât du gain ou l’ego mal placé. Vouloir plaire à ses fans est une forme de perdition de l’essence artistique. La peur de perdre ses supporters ou vouloir en gagner absolument amène « l’artiste » à créer du politiquement correct, à ne pas prendre de risque, ne pas déranger et surtout faire ce qu’il plaît. Au fond, ce n’est plus lui qui anime son art mais ses fans, qu’il laisse prendre possession de son âme. L’œuvre sans l’âme de l’artiste devient insipide. Comme une arme à feu sans balle, celle-ci ne me touchera pas. Cela n’a pas le même impact qu’une œuvre armée de l’âme de l’artiste.

Un bon technicien dans l’art n’est pas forcément un artiste. Un artiste créé sa propre identité dans son art, ne recopie pas d’autres créateurs. Voilà selon moi ce qu’est un artiste dans l’âme.

La dernière citation publiée sur Hip Open est de Salvador Dali : « Je peins des tableaux qui me font mourir de joie, je crée avec un naturel absolu, sans le moindre souci esthétique, je fais des choses qui m’inspirent une très profonde émotion et j’essaie de peindre honnêtement… ». Tu veux faire un commentaire ?

Au sujet de cette phrase, la liberté m’ouvre ses bras. Cela résume ce qu’est pour moi un artiste dans l’âme…créer avec le cœur, en toute franchise et en restant libre !

Qu’est-ce qui distingue (ou non) la personnalité et l’art d’un même être-humain ? Comment expliques-tu que de grands artistes reconnus aujourd’hui ont pu être incompris de leur temps et même parfois rejeté ? L’art, peut-être trop avant-gardiste doit-il passer systématiquement par une certaine forme d’exclusion (comme l’a été le graffiti d’ailleurs – de la condamnation pénale à la consécration dans les musées) ?

Bien qu’une œuvre d’art puisse être le fruit d’un travail collectif, il n’en reste pas moins que c’est le fruit de plusieurs personnes et chacune y apporte sa sensibilité artistique. Dans une œuvre collective, l’artiste œuvre pour un résultat hybride de personnalités diverses. Je pense qu’on peut lire un ou plusieurs traits de caractère d’un artiste dans son œuvre, si évidemment celle-ci est faite avec le cœur et avec sincérité.

Certains artistes reconnus aujourd’hui ont effectivement été incompris du grand public, surement dû au fait qu’ils aient été trop avant-gardistes ou bien peut-être même que leurs propos dérangeaient en leur temps et moins aujourd’hui. C’est quelque chose de parfaitement compréhensible, une personne n’ayant pas été touchée par l’art proposé ne pourra pas l’aimer. À contrario, il peut aussi y avoir un effet de groupe pour l’admiration d’une œuvre ou d’un artiste. Comme une marque de vêtements, plus de monde la portera plus de gens voudront l’adopter. On peut remarquer ce même phénomène dans les galeries d’art, ou si la plupart des œuvres sont vendues le soir du vernissage, alors celui qui pourra s’en payer une, voudra participer à ce grand élan !

Je pense effectivement qu’un art avant-gardiste passe par une forme d’exclusion, car par définition en avance sur son temps. Une exclusion du marché de l’art, qui dans un second temps, se servira de cet élan de nouveauté pour se dire expert de ce nouvel art. Il l’accueillera alors officiellement comme un art à part entière et l’exposera aux yeux du grand public… Réussira-t-il à garder l’essence même de ce qui l’animait ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

NJ

Publicités

2 réflexions au sujet de « Sly2 : un art, une âme, une vision »

  1. coubrfr

    C’est très intéressant pour moi qui ne suis pas artiste. Je comprends bien la réticence de prendre en compte les préférences du public et de lui plaire. Pour ma part, je crée des vêtements selon mes idées des besoins de tout genre des femmes qui travaillent. J’ai envie que mes modèles leur plaisent, qu’elle soient contentes de les porter, que leurs yeux brillent quant elles les voient et les portent.

  2. Cestsaan

    Un texte magnifique !!🙏
    L’artiste produit pour lui et pour les autres. Il conçoit sa creation avec la force qui l’anime.. ✨

Répondre à Cestsaan Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s